Nos actualités

  • Children
Le quotidien des enfants, des jeunes et des familles est ponctué d’évènements, de fêtes et de projets conduits tout au long de l’année dans nos services. L’art, la culture, les sciences, le sport, sont présents dans les activités proposées sous formes d’ateliers organisés avec des intervenants ou sous forme de sorties culturelles ou de voyages à l'étranger. La fondation OPEJ organise des évènements forts pour présenter ses activités ou réfléchir à des questions qui animent le domaine de la protection de l’enfance. Retrouvez ici nos actualités.

Soutenez-
nous !

Soutenez l'OPEJ en faisant un don en ligne
Faire un don

Actualités

  • Appel à solidarité

    Appel à solidarité

    2020-04-10

    Depuis le début de cette pandémie sans précédent, nous avons mis en place des mesures pour garantir la sécurité des enfants protégés, des professionnels pour s’adapter au mieux à la période de confinement.

    Notre secteur de la Protection de l’enfance est mis à l’épreuve. Tous les professionnels de l’OPEJ sont mobilisés chaque jour pour assurer la continuité éducative et des soins auprès des enfants et des familles. La situation est difficile sur le terrain et nous manquons de matériel pour améliorer le quotidien des enfants et des familles.

    Vous pouvez nous aider pour soutenir concrètement les professionnels de la Protection de l’enfance par un don de matériel ou un soutien financier pour l’achat de matériels.

    Nous avons besoin de :
    - matériel informatique et scolaire, jeux pour les familles
    - kits pédagogiques pour assurer la continuité scolaire des enfants suivis par nos services de jour
    - matériel pour monter des projets pédagogiques pendant le confinement

    Nous sommes certains que votre engagement pour notre Fondation sera à la hauteur des moyens que nous mettons en place pour protéger les enfants et améliorer le quotidien des familles et des enfants.

    Les équipes et les enfants vous remercient par avance pour votre contribution.

    Comment nous soutenir ? Vous pouvez faire un don en ligne, ou par chèque ou en nature. Chaque don donne bien droit à l’envoi d’un reçu fiscal.

    En ligne : sur notre site  ICI
    Par chèque : à l’ordre de la Fondation OPEJ. Envoi à l’adresse suivante : Fondation OPEJ 10 rue Théodule Ribot 75017 Paris.
    En nature : vous pouvez joindre Virginie Delumeau, chargée de la communication et du développement : virginie.delumeau@fondation-opej.org ou T. 06 70 10 48 41
  • Une nouvelle relation avec les familles de Sarcelles

    Une nouvelle relation avec les familles de Sarcelles

    2020-04-10
    Notre Service d’accueil familial et éducatif de jour étant en veille, l’équipe ne peut plus recevoir les familles. Elle a donc mis en place, dès la 2ème semaine de confinement, une équipe mobile qui se déplace à Sarcelles.

    Virgile Consoli, animateur socio-éducatif au SAFEJ, joint au téléphone nous explique comment travaille l’équipe.

    - En quoi consiste concrètement ce dispositif ?
    Depuis le début du confinement, toute l’équipe du service est mobilisée. Les éducateurs, l’éducatrice scolaire et les psychologues sont en lien permanent avec les familles suivies habituellement : appels téléphoniques ou vidéo grâce aux divers logiciels ou applications via internet. Le tout coordonné par Virginie Bokobza, notre directrice. Cette nouvelle relation que l’équipe a dû inventer pour soutenir les familles est très intense, les entretiens parents-psychologues ou enfants-psychologues sont fréquents, presque plus qu’en temps normal.
    Concrètement, les éducateurs nous font remonter les besoins identifiés dans les familles et nous laissent des instructions très précises. Un sac est préparé pour chaque famille et apporté à leur domicile, avec toutes les précautions sanitaires nécessaires et la distanciation sociale.

    - Combien de familles visitez-vous ? À quelle fréquence ?
    La première semaine, 6 familles, la seconde 11 et le nombre risque d’augmenter.
    Nous y allons une fois par semaine, le mercredi. Nous allons probablement passer à deux fois par semaine prochainement. Nous tournons, avec Sabine Bensimon, éducatrice scolaire ; Shanèse Khelfi et Johanna Dufoulon, éducatrices spécialisées.

    - Quels sont les besoins que vous avez repérés ?
    Pour commencer, ce sont des besoins très courants liés aux difficultés matérielles auxquelles sont confrontées les familles. Elles ne sont pas forcément équipées d’imprimante alors nous leur avons apporté les justificatifs de déplacements obligatoires pour toutes sorties, les devoirs des enfants, des coloriages, des jeux éducatifs, etc. Puis, pour que ces temps de confinement soient également des moments où le lien parents-enfants est maintenu et que les enfants s’amusent, nous avons apporté des jeux de cartes et de société.


    - Comment se passe la continuité pédagogique ? La situation est inédite pour les parents et les professeurs. Les enseignants tentent d’accompagner leurs élèves avec des moyens parfois très limités et il arrive que l’accès à la famille soit compliqué, voire inexistant. Comment les éducateurs du SAFEJ interviennent ?  
    Les éducateurs sont en lien direct avec les enseignants qui leur transmettent des consignes et des fiches de travail. Notre équipe fournit ces documents aux parents pour leur permettre de faire travailler leurs enfants. Des dispositifs d’aide sont expérimentés, comme par exemple un soutien scolaire par skype. Mais la continuité pédagogique reste compliquée à maintenir. 

    -Votre équipe entière est très mobilisée pour que les familles ne soient pas seules dans cette période très particulière et par tous les moyens possibles. C’est une vraie chaîne. Comment les familles vivent ce passage de l’équipe mobile ?
    Notre passage n’est que la « partie émergée de l’iceberg », l’équipe d’éducateurs et de psychologues travaille énormément ce lien tous les jours. Même si ce passage est bref dans leur semaine, nous remarquons qu’il est essentiel. D'avoir un véritable échange physique, même avec la distanciation sociale imposée par la situation a son importance. Les familles peuvent compter sur nous, elles le sentent, cela les apaise un peu.

     

     

     
  • Dispositif de cellule psycho-éducative pendant le confinement

    Dispositif de cellule psycho-éducative pendant le confinement

    2020-04-08

    Nicole Amouyal-Cohen, directrice de la Maison des familles et des cultures présente le projet.
     
    La Maison des familles et des cultures, lieu privilégié de soutien à la parentalité tente d’adapter des fonctionnements différents : l’équipe composée de psychologues, de médiatrices familiales et d’une éducatrice de jeunes enfants ont vu leurs activités décliner, compte tenu du contexte actuel.
    Les visites médiatisées en présence d’un tiers, les espaces de rencontre à destination des parents dont les droits de garde ont été suspendus, les médiations familiales qui proposent un dispositif de régulation des conflits conjugaux, le pôle à l’exclusion scolaire destiné aux jeunes en souffrance dans leur scolarité, ne peuvent s’exercer dans ces conditions.

    Pourtant, dans cette période de confinement, tous les professionnels restent attentifs aux besoins des familles, des couples et des enfants et sont en lien régulier avec leurs situations.
    Les professionnels font face aux difficultés de compréhension de certaines familles, aux désarrois de certains de ne pas voir leurs enfants, aux enfants placés d’être à distance de leurs familles.
    Cette réalité que nous concevons est parfois difficile à accepter et notre souci premier est d’apaiser la situation et d’amener chacun à supporter et surmonter ce contexte.

    Dans un souci de solidarité, un dispositif d’accompagnement et de soutien psychologique va être mis en place pour un complexe scolaire parisien situé dans le 11ème arrondissement qui regroupe un peu plus de 2000 élèves. Notre équipe de la MFC est partie prenante dans ce projet et va tenter de répondre sous forme de permanences journalières aux besoins des familles, des jeunes et des enfants.

    L’équipe du Point accueil écoute jeunes est, elle aussi, en lien permanent avec les personnes dont elle s’occupe. Les deux psychologues, l’éducatrice spécialisée, et nos intervenantes extérieures gèrent les problématiques des jeunes et des familles en difficultés. Des enfants, dont les parents sont étrangers, ont besoin d’aide pour comprendre leurs devoirs et répondre à la commande de l’Éducation Nationale ; des enfants font face à des angoisses liées à leurs vécus et histoires ; des jeunes sont contraints de supporter des climats familiaux anxiogènes ; une jeune fille majeure a été placée in extremis dans un des studios de la Résidence étudiante car elle n’avait plus d’hébergement.

    Il nous semble indispensable de travailler conjointement avec nos partenaires et pouvoir répondre à nos missions malgré ce confinement.
  • Comment garder le contact avec les jeunes dans les quartiers?

    Comment garder le contact avec les jeunes dans les quartiers?

    2020-04-01

    La majorité des jeunes ont un compte sur Snapchat. C'est le réseau qui permet aux éducateurs d’adapter leurs pratiques à l’ère du numérique. En effet, à travers ce réseau, on peut effectuer une rue numérique, fictive certes, mais qui a beaucoup d’utilité. Les jeunes "snappent" leur quotidien, l’endroit où ils se trouvent, ce qu'ils vont manger... En temps normal, les jeunes scolarisés "snappent" même au sein des établissements scolaires.
     
    Avant tout, les éducateurs de rue s'assurent que les liens soient établis avec les jeunes avant de pouvoir se lancer dans la rue numérique.
    Tous les jeunes n’acceptent pas que les éducateurs puissent voir leur quotidien car leur stories snapchat font partie de leur vie privée. Mais lorsque le lien est établi, ce réseau est l’occasion de pouvoir travailler au plus près du jeune. Lorsque les jeunes sont en conflit, ils l’évoquent même sur snapchat, du coup l’éducateur peut être informé rapidement. C'est aussi un moyen de connaitre les lieux de squat sur le secteur.
    Ce réseau permet également aux éducateurs d’entrer en contact avec les jeunes qui n’ont pas de numéro de téléphone mais communiquent uniquement par snapchat.

    L’impact sur les jeunes est positif, l’éducateur peut, à travers sa story, mettre des offres d’emploi, indiquer sa présence au Club du Canal, faire de la prévention à travers des affiches, des statuts, et divulguer un message à grande échelle sur le secteur.
     
    À l’heure du COVID19 …
     
    En cette période, le travail dans la rue numérique se transforme et s’amplifie. Et nous pouvons parler aujourd’hui de "télé-accompagnements". Il s’agit de jeunes prenant des rendez-vous auprès des éducateurs (trices) et qui sont rencontrés une à plusieurs fois par semaine.
    Les tendances des "télé-accompagnements" sont autour de : problèmes financiers en lien avec la situation de confinement, des difficultés multiples liées à des réponses administratives non reçues, des problèmes de titre de séjour (le repoussement préfectoral de plusieurs mois des renouvellements n’est pas pris en compte par le traitement automatique des ordinateurs en l’absence d’humain pour les informer comme à Pôle emploi, par exemple).
    L’équipe est en train de travailler sur un ensemble de messages en lien avec l’épidémie et les bons gestes à avoir, à destination des jeunes.

    En fait, aujourd’hui, nous sommes en lien très proche avec plus de 30 jeunes par éducateur et nous avons environ plus de 782 jeunes que nous connaissons et pouvons toucher via les réseaux.
    Nous sommes présents sur Whatsapp, Instagram, Snapchat et nous pensons à une stratégie de diffusion de messages dédiés.

    Évidemment, quelques jeunes nous contactent sur le mal-être vis-à-vis de cette situation. Nous suivons des jeunes vivant dans des logements insalubres ou dans des climats de violences (au moins verbales) ou anxiogènes et qui ne savent plus comment « tenir » dans ces conditions.
    Nous avons aussi des difficultés avec de nombreux jeunes qui ne peuvent pas faire le travail scolaire à la maison.

    Une nouvelle manière de faire de la Prévention est en train de naître, pas totalement sur le fond, mais sur la forme.

    Sarah Ilmany, Éducatrice spécialisée au Service de Prévention "Le Club du Canal" Paris 19ème (avec la participation de Frédéric Fappani, Responsable du Service )
  • Maintenir le lien avec les familles pendant le confinement

    Maintenir le lien avec les familles pendant le confinement

    2020-03-30

    Charlotte Caillierez, référente familiale à la Maison d'enfants de Rueil explique comment l’initiative a été pensée et mise en place.
     
    La question du maintien des liens entre les jeunes accueillis, les familles et les professionnels de la Maison d’enfants a été une préoccupation immédiate des équipes dans ce contexte exceptionnel.
    Dans l’idée de poursuivre le travail d’accompagnement des liens familiaux, nous avons développé de nouveaux moyens de communication. En fonction de chaque situation, nous avons abordé avec les familles les moyens de chacun et les différentes possibilités d’accompagnement, appels téléphoniques médiatisés ou non, appels vidéo avec les enfants et leurs parents, visio-conférence pour du soutien à la parentalité.
    La fréquence et les modalités des contacts se sont donc dessinés petit à petit avec l’équipe psychosociale de Rueil.
     
    Nous sommes en lien de façon rapprochée et au plus près des difficultés que peuvent rencontrer les jeunes et leurs familles, tant dans leurs liens bousculés pendant cette période qu’à un niveau plus personnel de gestion de leurs émotions. Les psychologues de la Maison d’enfants peuvent également, par ce biais, continuer leurs suivis auprès des jeunes.
     
    Ces échanges réguliers permettent aux jeunes de vivre assez sereinement la distance qui s’est imposée à eux avec leurs parents. Les familles y trouvent un espace de parole rassurant et sécurisant lorsqu’ils sont avec leur enfant au domicile. Cette organisation permet aussi aux jeunes qui sont à la Maison d’enfants de rester en lien de façon régulière et « visuelle » avec leurs familles, et vice versa.
  • Confiner et continuer

    Confiner et continuer

    2020-03-25
    Tous les métiers de notre institution sont confrontés à des mesures de précaution ou à des réorganisations urgentes pour endiguer la propagation du virus et en préserver les plus faibles.

    Par décision des autorités publiques, la totalité des services éducatifs de jour (AEMO, SAFEJ, EFAJE, SAJE et MFC) et de prévention spécialisée (Paris 19ème, Garges-lès-Gonesse et Paris) sont en veille.
    Les éducateurs et psychologues, au télétravail, maintiennent un lien permanent par téléphone et les réseaux sociaux avec les enfants, jeunes et familles.
    Ces derniers jours, des visites à domicile se sont organisées pour approcher, en toute sécurité, certaines familles pour apporter aide, soutien et matériel éducatif ou de loisirs.

    Nos équipes restent en contact avec vous.
    Pour les joindre, vous pouvez consulter la page contact

    Alors on danse ?
    Dans cette période si particulière de crise sanitaire et d’urgence de santé publique de portée internationale, tous nos repères sont bousculés : le temps, l’espace et surtout le lien social, qui animent quotidiennement nos vies, nos métiers. La période de confinement ne doit pas nous empêcher de continuer à réfléchir, agir et engager une solidarité.
    La situation est aussi révélatrice de nos fonctionnements institutionnels, de nos forces et talents, mais aussi de nos manques et difficultés. Viendra le temps d'analyser cette période inédite, de faire perdurer les apprentissages, les innovations et de faire valoir les réussites que nous aurons su atteindre. La protection de l’enfance traverse une épreuve, une véritable tempête…
     
    Pour celles et ceux qui sont « au front », nous souhaitons la force et l’énergie nécessaires pour que s’exercent au mieux les missions en direction des enfants, adolescents et adultes les plus vulnérables et les plus isolés de notre société.

    Bon courage à toutes et tous.
    Prenez soin de vous et des autres.

    « La vie, ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. » Sénèque
    Alors dansons !

    Johan Zittoun, Directeur général


    #RestezChezVous
    #solidarité

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Publications

  • Rapport annuel 2018

    Rapport annuel 2018

    2019-12-01
    La Fondation OPEJ s’est particulièrement attachée à promouvoir des projets d’inclusion sociale pour lutter contre la précarité et la fragilité des jeunes et des familles suivis.
    Le professionnalisme de nos équipes pluridisciplinaires, l’engagement des membres du Conseil d’Administration de l’OPEJ, la confiance et la fidélité de nos partenaires publics, l’apport de nos divers partenariats ont été essentiels à la réussite de ces actions.

    Retrouvez les activités et les évènements de tous les services de la Fondation.
    Télécharger le rapport annuel 2018 de la Fondation OPEJ.
  • Rapport annuel 2017

    Rapport annuel 2017

    2018-11-08
    En 2017, l'accueil, l'écoute, l'orientation proposés toute l'année dans nos services et établissements ont permis à plus de 3000 personnes de bénéficier d'une mesure d'aide, d'orientation ou de protection. La confiance construite chaque jour est une force qui installe l'OPEJ aux côtés de chaque enfant et sa famille.
    Retrouvez les activités et les évènements de tous les services de la Fondation.
    Télécharger le rapport annuel 2017 de la Fondation OPEJ.
  • Rapport annuel 2016

    Rapport annuel 2016

    2018-01-02
    L'année 2016 a été déterminante dans la définition des objectifs des 3 années à venir. Les missions ont été redessinées autour de grandes orientations : prévenir, protéger et accompagner.
    Retrouvez l'ensemble des événements de la Fondation et l'actualité des services.
    Télécharger le rapport annuel 2016
  • Whoozart : 70 ans de l'OPEJ

    Whoozart : 70 ans de l'OPEJ

    2015-06-16
    Whoozart, la Webtv arts, cultures et société a réalisé une émission spéciale sur les 70 ans de l’OPEJ.
    Ce document est disponible ici.
  • Rapport annuel 2015

    Rapport annuel 2015

    2017-05-19
    L’année 2015 est une date anniversaire pour l’OPEJ : durant 70 ans, elle a su se renouveler, se diversifier, créer des partenariats pour porter toujours plus loin l’épanouissement des enfants, des jeunes et de leurs familles pour une autonomie et un bien-être retrouvés. Retrouvez l’ensemble des évènements des 70 ans et l’actualité des services pour l’année 2015.
    Télécharger le rapport annuel d'activité 2015.
  • Accueillir l'autre. De l'oeuvre de protection des enfants juifs à la Fondation OPEJ

    Accueillir l'autre. De l'oeuvre de protection des enfants juifs à la Fondation OPEJ

    2017-05-19
    Pour célébrer le 70ème anniversaire de l’OPEJ, la Fondation OPEJ Baron Edmond de Rothschild publie Accueillir l’autre. Cet album réalisé à partir de dizaines d’entretiens avec des témoins de son histoire, enfants et éducateurs est illustré de photographies de photographes contemporains et de documents d’archives. C’est un beau livre à lire autant qu’à regarder.

    L’album Accueillir l’autre est à l’image de la diversité des femmes, des hommes et des jeunes de l’OPEJ, des 30 cultures différentes qui y sont représentées et des multiples formes d’aide qu’elle met en oeuvre : il évoque l’OPEJ de 1945 tout en faisant découvrir la Fondation OPEJ de 2015; il est à l’écoute de la voix des témoins, enfants et éducateurs; il fait entendre leur vécu : l’arrivée, la vie quotidienne, les fêtes, le départ; il évoque leurs lieux : Marseille, Rueil- Malmaison, Maubuisson, les colonies de vacances ; il fait revivre quelques-unes des grandes figures de l’OPEJ ; il fait visiter les services ouverts d’aujourd’hui; il donne la parole à des personnalités qui éclairent son action : les grands rabbins Sirat et Bernheim, le rabbin Pauline Bebe et le Dr Cyrulnik.

    Sans réduire la diversité des voix individuelles, ce bel album témoigne de la continuité de l’action de la Fondation OPEJ et de sa fidélité à l’esprit de résistance qui animait ses fondateurs, issus de l’Armée juive clandestine et du Service d’évacuation et de regroupement des enfants.
    ‣ 256 pages
    ‣ illustrations couleurs ‣ 18x26 cm
    ‣ juin 2015
    conception et réalisation éditoriale : Philippe Blanchard, La Compagnie d’écriture
    création et réalisation : Maison Sagan
Gardons le contact
Inscrivez-vous
À notre newsletter !